first joint seminar, Kings College London & Université de Paris

Tuesday 18th June 2019 (16h-18h), Dr Rosalind Shorrocks (University of Manchester), Pr Azadeh Kian (University of Paris & Head of the Centre for Gender and Feminist Studies), Pr Rosie Campbell (King’s College London), Pr Romain Huret (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), “Gender and Populism: British, French and US Perspectives

Click here for more details about this session.

Gender and Populism: British, French and US Perspectives

There is a popular image of right-ring populism being driven by supporters who are disproportinately older, white men. This seminar will examine in detail the gendered aspects of populism, focusing in particular upon the cases of Britain, France and the US.

To what exent are women voting, standing and campaigning for left and right wing populist parties? What is driving support for populist parties (or lack of it) among women? These and other key questions will be examined in a series of short talks from a panel of leading academic expects on gender and populism, followed by a Q&A.

This is the inaugural seminar in a series of events on gender and politics, held jointly by the University of Paris and KCL. Professor Clarisse Berthezene, Paris Diderot University and Professor Jeremy Jennings, KCL will provide a short introduction about the collaboration.

Advertisements

séminaire Genre #session9

Monday 13 May 2019 (17h-19h): Sandeep Bakshi (Université Paris Diderot, room 340 in the Olympe de Gouges buidling), “Decolonial interrogations of the queer canon”. Respondent Ladan Niayesh (Université paris Diderot)

Drawing upon decolonial formulation of ‘enunciation’ and ‘cultural practices’, this paper gestures towards the development of a decolonial reading of queerness. The move away from Eurocentric enunciation and repetition of knowledge and intellectual practice is salutary with a view to engaging with the pluriversal ways of being in our world(s). The move towards non-Eurocentric articulation has the potential to delink the (now untenable) attachment of white male heteronormativity to knowledge and that of “its others” to culture and cultural practices, something which can be analysed, represented or worse studied.

The key focus of the paper is the crossing of queer and decolonial thinking. In a double bind, therefore, this presentation seeks to understand what alternative and/or transformative meanings emerge when queer-of-colour disidentificatory/diasporic practices are made to bear upon the organisation of queer canons. With specific reference to the oeuvre of the trans-artist, Raju Rage (UK), it will turn to enabling readings of decoloniality through their work on transgender of colour frames, diasporas and colonial legacies, and attempt to link theoretical conceptualisation to embodiment/inhabitation of queerness.

Sandeep Bakshi is Lecturer in English at the University of Paris Denis-Diderot, France. He is the co-editor of Decolonizing Sexualities: Transnational Perspectives, Critical Interventions (Oxford: Counterpress, 2016) with Suhraiya Jivraj and Silvia Posocco. Addressing the inter-connections of decolonial and queer thinking, his current research engages with problematics of race and queerness in postcolonial literatures and transnational decolonial enunciation of knowledge.

séminaire Genre #session 8

Monday 8 April 2019 (17h-19h, ODG 153), Laura Mulvey, (Birkbeck College, University of London) “Space, time and motherhood in some films made by women”  (joint session with the research group Imaginaires Contemporains). Respondent: Martine Beugnet (Université Paris Diderot).

This session will take place at the University Paris Diderot, in room 153 of the Olympe de Gouges building, on Monday April 8th 2019, between 17h and 19h. The seminar will end with an apéritif, around which we will continue the discussion. All are welcome!

WARNING: THIS SESSION HAS BEEN PUSHED BACK TO MONDAY 18TH NOVEMBER 2019. MORE DETAILS WILL FOLLOW SOON.

“Space, time and motherhood in some films made by women”

The seminar will draw on material from a few films directed by women, produced within very divergent social and cultural contexts, but all revolving around the figure of the mother.   These films have given me new ways of thinking about a topic that has always been close to me, dating back to my early interest in Hollywood melodrama and to Riddles of the Sphinx (Laura Mulvey and Peter Wollen 1977); I will return to that period at the beginning of the seminar.     The films I then discuss, rather than simply sites of story-telling or accounts of women’s lives (however effective they may be as such), break away from a neutral lens and narrative transparency; experimenting with time and space, they reconfigure the idea of the maternal conceptually and from a feminist perspective.  Ultimately, the films address the ‘ineffable’ and the ‘unspeakable’ through the material of film itself, exploiting its potential as a visual and conceptual medium that can challenge patriarchal representations.  And these formal challenges are indissolubly linked to issues of women’s cultural silence.

I will refer to these films:

  • Jeanne Dielman, 23 quai du Commerce, 1080 Bruxelles (Chantal Akerman Belgium 1976)
  • Daughters of the Dust (Julie Dash USA 1991)
  • Under the Skin of the City (Rakshan Bani-Etemad Iran 2001)
  • Un’ora sola ti vorrei (Alina Marazzi Italy 2002)
  • The Arbor (Clio Barnard UK 2010)

Laura Mulvey is Professor of Film at Birkbeck College, University of London. She is the author of: Visual and Other Pleasures (Macmillan 1989/2009), Fetishism and Curiosity (British Film Institute 1996/2013), Citizen Kane (BFI Classics series 1992/2012) and Death Twenty- four Times a Second: Stillness and the Moving Image (Reaktion Books 2006). She made six films in collaboration with Peter Wollen including Riddles of the Sphinx (British Film Institute 1977; dvd 2013) and Frida Kahlo and Tina Modotti (Arts Council 1980).  With artist/filmmaker Mark Lewis, she has made Disgraced Monuments (Channel 4 1994) and 23 August 2008 (2013).

séminaire Genre #session7

Lundi 18 mars 2019 (17h-19h), Martin Winckler donnera une conférence intitulée “Soigner, toutes ensemble.” Sa discutante sera Ariane Hudelet (Université Paris Diderot).

La séance aura lieu en salle 153 du bâtiment Olympe de Gouges, place Paul Ricoeur (en face du 7 rue Albert Einstein), 75013 Paris.

Accès libre. 

Médecin, romancier et essayiste, auteur, entre autres, de La Maladie de Sachs (1998) Martin Winckler est célèbre pour son engagement féministe et sa critique des maltraitances en milieu médical. Son nouveau roman, L’École des soignantes (P.O.L.), disponible en librairie le 7 mars, est la suite de son grand succès Le Choeur des femmes (2009). On y retrouve certains personnages en 2039, dans le centre hospitalier de Tourmens, hôpital public résolument novateur. Fondé sur une approche féministe et inclusive, cet hôpital public supprime les hiérarchies entre soignants, et place la bienveillance et le partage du savoir au coeur de son fonctionnement.

À partir de son expérience de médecin, de critique de la médecine, et de romancier, Martin Winckler explorera la place du genre dans la manière d’aborder la santé, et la santé des femmes en particulier :

Soigner, toutes ensemble

“La santé des femmes est, depuis des siècles, définie par les hommes. Pire : cette “définition” (qui le plus souvent ne tient aucun compte de ce que les premières intéressées ont à dire) est mise au second plan par une vision de la physiologie et de la pathologie entièrement focalisée sur l’homme. Or, il se passe beaucoup plus de chose dans la vie physiologique d’une femme que dans celle d’un homme. Et tous ces événements sont scandaleusement sous-étudiés, dévalués, mésestimés, insuffisamment ou mal pris en compte. La maltraitance médicale, c’est d’abord la maltraitance des femmes : elles sont les plus nombreuses à attendre des informations (et parfois des soins) mais leurs attentes et leurs demandes légitimes sont le plus souvent rejetées et ignorées.  Il est temps que ça change. Et, pour que ça change, il faut changer de paradigme. Jusqu’ici, la médecine s’est contentée de traiter (souvent mal) les femmes – mais aussi les personnes racisées, les personnes LGBTQIA+, les enfants, les personnes âgées, les personnes handicapées – et cela, comme elle l’entend. Il est temps que les femmes et toutes les minorités se fassent entendre, pour qu’enfin nous soyons vraiment tou.te.s soigné.es.” 

séminaire Genre #session6

Monday 11 February 2019 (17h-19h), Rémy Bethmont (Université Paris VIII), “Le mariage des couples de même sexe et le christianisme queer dans le monde anglican.” Respondent: Mathieu Duplay (Université Paris Diderot).

This session will take place at the University Paris Diderot, in room 153 of the Olympe de Gouges building, on Monday November 19th 2018, between 17h and 19h. The seminar will end with an apéritif, around which we will continue the discussion. All are welcome!

Le mariage des couples de même sexe et le christianisme queer dans le monde anglican

Seules trois des 40 Eglises autonomes de la Communion anglicane ont officiellement ouvert le mariage religieux aux couples de même sexe, à savoir l’Eglise épiscopalienne des Etats-Unis en 2015, l’Eglise épiscopalienne d’Ecosse en 2017 et l’Eglise anglicane du Brésil en 2018. On doit aussi mentionner l’Eglise anglicane de Nouvelle Zélande qui a autorisé la bénédiction de mariages civils en 2018. Cependant, toutes les Eglises anglicanes du monde occidental se sont engagées à divers degrés, pour certaines depuis les années 70 ou 80, dans un débat sur les unions de même sexe. Au niveau paroissial et, plus rarement, au niveau diocésain, notamment en Amérique du Nord et en Grande-Bretagne, les pratiques liturgiques de célébrations et bénédictions de ces unions sont très antérieures à la mise en place par l’Etat de cadres juridiques (domestic partnerships, civil partnerships, civil unions et bien sûr mariage pour tous). Si l’avancée des droits LGBT+ au sein des sociétés occidentales a eu un impact indéniable sur les Eglises, l’histoire de l’évolution de la manière de penser et de célébrer les unions de même sexe depuis les années 1990 au sein de l’anglicanisme britannique et nord-américain doit plus encore au développement de la théologie queer. En s’appuyant sur les exemples de l’Eglise épiscopalienne des Etats-Unis et de l’Eglise d’Angleterre, on montrera comment l’attention au théologique permet de cerner le caractère novateur de la réinvention queer du mariage autour des couples de même sexe au sein de l’anglicanisme. Cette réinvention a une dynamique distincte qui ne rejoint que partiellement celle qui a présidé aux campagnes laïques en faveur du mariage pour tous.

colloque intersectionnalité et transfert des savoirs

14-16 novembre 2018, Université Paris Diderot

NB: The  November conference will be completed with a thematic selection of documentary films  within Cinéma de Midi de la Bibliothèque Nationale de France from February to June 2019 (once a month, Tuesday lunch time). This series of event is organised by Dr. Frédérique Berthet, CERILAC, Université Paris Diderot (berthet.frederique@wanadoo.fr).

Mercredi 14 novembre Amphi 2A, Halle aux farines, université Paris Diderot
17H30 ― OUVERTURE DU COLLOQUE
Myriam Boussahba et Emmanuelle Delanoë (LARCA)
Projection : Amandine Gay, Ouvrir la voix, 2017, 2h02
Président.e de séance : Frédérique Berthet, études cinématographiques (université Paris Diderot, CERILAC)
Discutant.e : Michèle Dominici, réalisatrice de documentaires
Débat avec la réalisatrice Amandine Gay

Jeudi 15 novembre, Halle aux farines, salle 580F, université Paris Diderot
9H30 ― ACCUEIL
9H45 ― INTRODUCTION
par Myriam Boussahba-Bravard et Emmanuelle Delanoë-Brun (organisatrices, université Paris Diderot) avec :
François Brunet, directeur du LARCA (université Paris Diderot),
Federico Tarragoni, directeur du projet « La fabrique du politique » (université Paris Diderot),
In memoriam Etienne Tassin, philosophe (université Paris Diderot).

10H À 11H15 ― CONFÉRENCE 1
Président.e de séance : Emmanuelle Delanoë, études visuelles et littérature américaine (université Paris Diderot, LARCA)
Jean-Paul Rocchi, littératures et cultures américaines (université Paris-Est – Marne-la-Vallée, LISAA) :
« L’intersectionnalité ou la conceptualisation de la chose vécue : productivité et limites »
Discutant.e : Alexandrine Guyard-Nedelec, études anglophones (université Paris 1 –Panthéon-Sorbonne, ISJP-UMR 8103)
11H15 ― PAUSE

11H30 À 13H00 ― SESSION 1 : ÉMERGENCE D’UN OUTIL CRITIQUE
Président.e de séance : Sandeep Bakshi, études queer et postcoloniales (université Paris Diderot, LARCA)
Claudie Lesselier (chercheure indépendante : « Penser / pratiquer l’intersectionnalité, avant la notion d’ “intersectionnalité” »
Xavier Lemoine (université Paris Est-Marne la Vallée, LISAA) : « Performer l’intersectionalité à la fin du XXème siècle: Carmelita Tropicana, une lesbienne cubano-américaine au coeur du Village newyorkais »
Anja Durovic (Sciences Po-Paris, CEE/LIEPP) : « Variétés d’inégalités de genre dans la participation politique à travers les cohortes de naissance dans les pays européens »
13H15 À 14H15 ― PAUSE DÉJEUNER

14H30 À 16H SESSION 2 : L’INTERSECTIONNALITÉ ENTRE PRATIQUE(S) ET DÉBAT(S)
Président.e de séance : Georges-Claude Guilbert, études culturelles / études sur le genre (Université du Havre, GRIC)
Lila Belkacem (UPEC, LIRTES) et Fanny Gallot (UPEC, CRHEC) : « Derrière l’intersectionnalité, l’islamophobie et les rapports sociaux de race : les enjeux d’une polémique dans le monde de l’éducation »
Peter Marquis (université de Rouen, ERIAC) et Emilie Souyri (université de Nice, LIRCES) : « Intersectionnalité et pédagogie : la difficile articulation entre théorie et pratique »
Anne Crémieux (université de Paris X-Nanterre, CREA) : « Intersectionality, Therapists and Mutant Superheroes »
16H ― PAUSE

16H15 À 17H45 ― SESSION 3 : LE MONDE DU TRAVAIL AU DÉFI DE L’INTERSECTIONNALITÉ
Table ronde avec : Président.e de séance : Federico Tarragoni, sociologue (université Paris Diderot, LCSP)
Jules Falquet, sociologue (université Paris Diderot, CEDREF)
Nathalie Ferré, juriste (université Paris 13, IRIS)
Paul Schor, historien (université Paris Diderot, LARCA)

18H30 À 19H00 ― PRÉSENTATION DE L’EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE
« XOTIC » DE FATOUMATA SAKHO PAR ELLE-MÊME
En collaboration avec le Service culture, université Paris Diderot.
Lieu : université Paris Diderot, Hall des Grands Moulins, 16 rue Marguerite Duras, Paris 13e
19H À 20H ― COCKTAIL SUR PLACE

Vendredi 16 novembre, Halle aux farines, salle 580F, université Paris Diderot
9H00 À 10H15 ― CONFÉRENCE 2
Président.e de séance : Myriam Boussahba, historienne (université de Paris Diderot, LARCA, EPWS)
Angela Maas (Director Women’s Cardiac Health program, Radboud University Medical Center, Nijmegen, Pays-Bas, EPWS): « How Patients Change Cardiology Care for Women »
Discutant.e : Hélène Bretin, sociologue (université Paris 13, IRIS)
10H15 ― PAUSE

10H30 À 12H00 ― SESSION 4 : ÉCRIRE À L’INTERSECTION
Président.e de séance : Andrée-Anne Kekeh, études littéraires et américaines (université Paris 8, TransCrit)
Mouloud Siber (Mouloud Mammeri University of Tizi-Ouzou, Algérie) :
« L’intersection du genre, du handicap et du statut social dans La perle et la coquille de Nadia Hashimi (2014) »
Yannick Blec (UPEM, LISAA): « Du Down Low aux fiertés : redéfinition des identités et de la masculinité africaines américaines LGBTQ+ à travers les arts populaires »
Mathieu Duplay (université de Paris Diderot, LARCA) : « The World Only Spins Forward : Intersectionnalité et prophétie dans Angels in America de Tony Kushner »
12H15 À 13H15 ― DÉJEUNER

13H30 À 15H SESSION 5 : SANTÉ ET HANDICAP AU DÉFI DE L’INTERSECTIONNALITÉ
Table ronde avec : Président.e de séance : Marina Kvascoff, épidémiologiste (institut Gustave Roussy, Paris, EPWS)
Élise Pestre, psychanalyste (université Paris Diderot, CRPMS)
Henri-Jacques Sticker, historien (université Paris Diderot, ICT)
Fréderic Blondel, sociologue (université Paris Diderot, LCSP)
15H00 ― PAUSE

15H15 À 16H30 ― SESSION 6 : MEDIAS ET MILITANTISME
Président.e de séance : Bibia Pavard, historienne (université Paris-Panthéon-Assas, CARISM)
Louise Barrière (Université de Lorraine, 2L2S) : « Subculture et militantisme intersectionnel – Le cas des festivals punk-féministes aux États-Unis et en France »
Cyrielle Garson (Université d’Avignon, ICTT): « Staging and Performing: Intersectionality in Britain: Towards A 21st century Political Theatre? »
Jaercio Bento da Silva (Institut français de presse, université Panthéon-Assas) : « Femmes noires sur YouTube en France : race-classe-genre selon une perspective intersectionnelle »
16H30 ― PAUSE

16H45 À 18H15 ― SESSION 7 : PENSER LES ESPACES À L’INTERSECTION
Président.e de séance : Xavier Lemoine, études américaines et théâtrales contemporaines (UPEM, LISAA)
Charlotte Groppo (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IEDES) : « Élaborer une politique publique “intersectionnelle” sans le savoir: le cas de la mairie de Nanterre »
Laurence Gervais (université Paris Nanterre, CREA) : « Intersectionnalité et limites des politiques urbaines identitaires »
Lily Hibberd (université Paris Diderot, Post-doctoral fellow at LARCA): « Hall of mirrors: intersectionality and virtual reality »
18H15 ― CLÔTURE DU COLLOQUE______________________________________

depliant

Visit the conference’s website here

séminaire Genre #session5

Tuesday 18 December 2018 (17h-19h), Laurence Gervais (Université Paris Nanterre) will discuss her forthcoming publication Le Sexe de la ville, Construction du territoire urbain états-unien dans une perspective de genre, construction du genre par le territoire (à paraître aux éditions Demopolis). Respondent: Marylene Lieber Gabbiani (University of Geneva).

This session will take place at the University Paris Diderot, in room 147 of the Olympe de Gouges building, on Monday November 19th 2018, between 17h and 19h. The seminar will end with an apéritif, around which we will continue the discussion. All are welcome!

Le Sexe de la ville, construction du territoire urbain états-unien dans une perspective de genre, construction du genre par le territoire

La ville construit les identités de ceux qui y vivent de la même façon que les relations sociales entre les citoyens d’une ville construisent l’espace autour d’eux. Une ville est la somme de ses identités, de ses relations de pouvoir et de son histoire. Elle est faite de « strates » comme des couches géologiques. En partant de ces deux postulats, on est en droit de supposer que la ville états-unienne, construite par une histoire et des relations de pouvoir spécifiques (transcendentalisme, agrarisme, peur de la métropole, nation de propriétaires, rêve américain, apport des immigrants, progressisme –féminin- au XIXe siècle, spécificités politiques depuis les années 60, ville néoliberale…), a construit à son tour une / des identités spécifiques.

On s’intéressera ici aux liens entre ville états-unienne et relations de pouvoir genrées, entre ville et genre, mais aussi sexe et sexualités. On posera le postulat que dans un pays où les relations de genre sont fortement liées à l’histoire du territoire urbain alors sexe, genre et sexualités sont vécus et construits de façon spécifique dans les villes américaines. Existe-t-il aujourd’hui un droit à la ville « genré », c’est-à-dire déterminé par le genre dans la ville US ? Y a-t-il des espaces genrés dans la vile états-unienne ?(murs invisibles, division des rôles de genre dans et par la ville)

La ville d’aujourd’hui a-t-elle toujours « mauavais h-genre » comme le croyaient les progressistes du XIXème siècle ? (homosexualité, hétéronormativité, queerness, prostitution…) ou au contraire les politiques identitaires jouent-elles de la diversité de la ville pour mieux la « vendre » notamment aux femmes, à qui la ville est censée « faire peur » ?

Fondé essentiellement sur des entretiens menés dans la ville de Chicago et sur les théories des géographes féministes anglo-saxonnes, cet ouvrage s’interroge sur la co-constitution identité de genre/espace urbain aux Etats-Unis.

 

séminaire Genre #session 4

Monday 19 November 2018 (17h-19h), Krista Cowman (Lincoln University, UK), “‘The Battle of the Parlour: views of working-class living space in inter-war Britain” (joint session with the research group Histoire du Politique). Respondent: Clarisse Berthezène (Université Paris Diderot).

This session will take place at the University Paris Diderot, in room 147 of the Olympe de Gouges building, on Monday November 19th 2018, between 17h and 19h. The seminar will end with an apéritif, around which we will continue the discussion. All are welcome!

“‘The Battle of the Parlour: views of working-class living space in inter-war Britain

In the 1920s and 1930s, a fierce public debate broke out in Britain over the Government’s decision to remove state subsidies for larger ‘parlour type’ houses.  The various defences put forward in support of the room suggest that for the majority of working-class housewives a parlour was a key marker of respectability with the potential to shape both the behaviours and aspirations of a household.  Contemporary and reflective autobiographical sources suggest that the occasional use of this space, which became a key factor in opposition discourse, was precisely what women valued most about its presence.  Recent controversy over the so-called bedroom tax, a key factor of Conservative austerity policies, suggests that the notion of extra space remains a contentious issue in state-subsidised households at the present time.

Krista Cownman came to Lincoln in 2006 as Professor of History after working in the School of Cultural Studies, Leeds Metropolitan University, and the Department of History, University of York.  Her doctoral research centred on women and politics in the late nineteenth and early twentieth centuries, and used Liverpool as a case study for investigating the impact of the suffrage campaign on a range of other political organisations.  This led to more detailed research on women who worked as paid organisers for the militant Women’s Social and Political Union.  She has published a number of books and articles on these themes, as well as consulting and appearing in various radio and television projects. More recently she has been looking at women’s lives in a number of different contexts; as ‘war brides’ in France during World War One, as campaigners for post-war reconstruction in and out of Parliament in Britain, and in a number of community campaigns for safe play areas in the inter-and post-war period through which women attempted to shape and control their own environments.

séminaire Genre #session3

9 April 2018 (17h, ODG 119) : séminaire commun à l’axe Genre et l’axe Histoire du Politique

Myriam Boussahba-Bravard (axe Genre), présentera ses récentes publications sur l’histoire des femmes et du genre : ouvrage codirigé avec Rebecca Rogers, Les femmes dans les expositions internationales 1878-1937 (Routledge, 2017), et l’ouvrage collectif issu d’une collaboration entre EHNE et Mnémosyne, L’Europe des femmes 18e-21e siècle (Perrin, 2017).

séminaire Genre #session2

19 March 2018 (17h, ODG 104) : Elisabeth Lebovici (EHESS), “Don’t go crazy on me, girlfriend”

Elisabeth Lebovici, docteure en esthétique et philosophie des formes (Paris X, 1983) est critique d’art depuis 1985. Elle a notamment été rédactrice en chef de Beaux-arts magazine (1987-90). Pendant quinze ans, elle a été journaliste au Service culture du quotidien Libération  (1991- 2006). Depuis 2006, elle tient un blog : http://le-beau-vice.com/

Elisabeth Lebovici collabore depuis les années 1990 à de très nombreux ouvrages, séminaires et colloques consacrés aux artistes contemporain·e·s, au féminisme, à l’activisme contre le sida, aux questions de genre et à la théorie queer. Elle a dirigé le séminaire et la publication de L’intime (Paris, ensb-a, 1998) ; elle est la co-auteure, avec Catherine Gonnard, de Femmes Artistes/ Artistes Femmes,  Paris, de 1880 à nos jours (Paris, Editions Hazan, 2007). Son plus récent ouvrage, Ce que le sida m’a fait. Art et activisme à la fin du XXè siècle » (Zurich, JRP Ringier, « lectures Maison Rouge », 2017) a reçu le Prix Pierre Daix 2017.

Elle co-dirige depuis 2006 (avec Patricia Falguières et Natasa Petresin-Bachelez) un séminaire régulier à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) intitulé « Something You Should Know : Artistes et Producteurs» http://sysk-ehess.tumblr.com/