séminaire Genre #session7

Lundi 18 mars 2019 (17h-19h), Martin Winckler donnera une conférence intitulée “Soigner, toutes ensemble.” Sa discutante sera Ariane Hudelet (Université Paris Diderot).

La séance aura lieu en salle 153 du bâtiment Olympe de Gouges, place Paul Ricoeur (en face du 7 rue Albert Einstein), 75013 Paris.

Accès libre. 

Médecin, romancier et essayiste, auteur, entre autres, de La Maladie de Sachs (1998) Martin Winckler est célèbre pour son engagement féministe et sa critique des maltraitances en milieu médical. Son nouveau roman, L’École des soignantes (P.O.L.), disponible en librairie le 7 mars, est la suite de son grand succès Le Choeur des femmes (2009). On y retrouve certains personnages en 2039, dans le centre hospitalier de Tourmens, hôpital public résolument novateur. Fondé sur une approche féministe et inclusive, cet hôpital public supprime les hiérarchies entre soignants, et place la bienveillance et le partage du savoir au coeur de son fonctionnement.

À partir de son expérience de médecin, de critique de la médecine, et de romancier, Martin Winckler explorera la place du genre dans la manière d’aborder la santé, et la santé des femmes en particulier :

Soigner, toutes ensemble

“La santé des femmes est, depuis des siècles, définie par les hommes. Pire : cette “définition” (qui le plus souvent ne tient aucun compte de ce que les premières intéressées ont à dire) est mise au second plan par une vision de la physiologie et de la pathologie entièrement focalisée sur l’homme. Or, il se passe beaucoup plus de chose dans la vie physiologique d’une femme que dans celle d’un homme. Et tous ces événements sont scandaleusement sous-étudiés, dévalués, mésestimés, insuffisamment ou mal pris en compte. La maltraitance médicale, c’est d’abord la maltraitance des femmes : elles sont les plus nombreuses à attendre des informations (et parfois des soins) mais leurs attentes et leurs demandes légitimes sont le plus souvent rejetées et ignorées.  Il est temps que ça change. Et, pour que ça change, il faut changer de paradigme. Jusqu’ici, la médecine s’est contentée de traiter (souvent mal) les femmes – mais aussi les personnes racisées, les personnes LGBTQIA+, les enfants, les personnes âgées, les personnes handicapées – et cela, comme elle l’entend. Il est temps que les femmes et toutes les minorités se fassent entendre, pour qu’enfin nous soyons vraiment tou.te.s soigné.es.” 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s